Les portails Lyon 2 : Intranet - www

Vous êtes ici : Accueil>Études>L'année de césure linguistique d'Enzo au Salvador

Rechercher

L'année de césure linguistique d'Enzo au Salvador
 

Publié le 24 mai 2016 Imprimer cet article, Envoyer cet article à un ami

En mars 2016, Enzo fait le point sur son année de césure. Retour sur ses motivations, son projet...

Le Salvador

 La césure pour réfléchir à mon choix de spécialisation de master 2

J’étais étudiant en master 1 Finance quand j’ai décidé de m'accorder une année de césure. Quand est venu le moment de choisir son master 2, j’étais incertain quant à mon orientation. Je doutais de mon envie de faire tel master 2 plutôt que tel autre. J'ai alors pensé qu'une pause après 4 ans d’études était la réponse idéale à mon problème. Je voulais me détacher de ma formation afin de mieux revenir après.

 Apprendre l'espagnol, renforcer mon anglais... et vivre une "expérience de vie"

Je voulais vivre une expérience de vie (découvrir une culture, un mode de vie, une société), parler une autre langue et perdre les repères que j’avais en France. Partant de cette envie, j’ai décidé de partir en Amérique centrale pour apprendre une nouvelle langue (l’espagnol), renforcer mes bases en anglais en m’inscrivant dans une université étrangère et travailler dans un cadre international. J'ai mis le cap sur le Salvador, entre le Guatemala et le Costa Rica.

 Un bilan à mi-parcours plus que satisfaisant

Je parle couramment espagnol, j’ai renforcé mes bases en anglais et j'ai pris de l’assurance dans cette langue. Je n’ai aucun problème à lire un livre en anglais, à regarder un film en VO sans sous-titres. J’ai même réussi à avoir une expérience professionnelle dans mon domaine d’étude en effectuant stage au département administration/finance d’une entreprise de négoce en spiritueux. Et en bonus j’ai donné des cours d’économie dans une université du pays en espagnol !

Cette année de césure a été plus que bénéfique pour moi puisqu’aujourd’hui j’ai développé des compétences que l’université française ne pouvait pas m’apporter. J’ai acquis un esprit de négociation (à l'intérieur et à l'extérieur de l'entreprise), indispensable dans le pays où je suis car il fait partie intégrante de sa culture nationale. Je fais aussi davantage preuve de tolérance et d'ouverture d’esprit, puisqu'il m'a fallu apprendre à accepter le système administratif et la politique du pays d’accueil, ses coutumes et ses formes de politesses. J'ai gagné en assurance grâce à mes deux expériences professionnelles : j'ai dû dépasser la barrière de la langue, ne pas avoir peur de me tromper voire accepter le ridicule.
Cette année m’a énormément appris et m’a montré différentes choses qui m’ont permis de construire mon orientation. Désormais, je sais où je veux aller l’année prochaine.

 Mon projet pour la rentrée 16/17 ?

Intégrer un master 2 dans les métiers de conformité dans le système bancaire. La seule question que je me pose encore est de savoir si je veux le faire en anglais ou en français !

  Souvenirs, souvenirs...

Année de césure d'Enzo : apprentissage de la langue (dictionnaire et journal)
Apprendre la langue avec la presse locale et le dictionnaire électronique
Année de césure d'Enzo : tolérance, niveau économique
Petite boutique témoignant du niveau économique du pays, quel contraste avec la France !
Année de césure d'Enzo : quitter ses proches (anniversaire)
Partir, quitter ses proches... et fêter son anniversaire sans eux.

Contact

Direction de la formation et de la vie étudiante (DFVE) - Service des études
Aurélie MIALON
cesure@listes.univ-lyon2.fr

Pour accéder à vos outils, connectez-vous »